• The TSCHub Team

Efoodsmarket mise sur le digital pour aider les femmes à cuisiner plus rapidement.


Il y a quelques jours, Orange Cameroun présentait les lauréats du concours national de la 11e édition du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient (POESAM).


Agée de 24 ans et porteuse du projet Efoodsmarket, Marie Ange Etogo a été sélectionnée parmi plus de 390 candidats et s’est vue attribuer le prix spécial féminin du POESAM 2021 au niveau national, lors d’une cérémonie qui s’est tenue à Douala. Elle bénéficie ainsi d'une somme de 1000 000 FCFA et d'un accompagnement de 6 mois.


Selon la jeune dame, remporter cette récompense est le meilleur accomplissement d’Efoodsmarket depuis le début de l’aventure. « C’est ma plus grande fierté pour l’instant, » souligne-t-elle.


Comment tout a commencé


Efoodsmarket est une plateforme en ligne qui aide les femmes à réduire considérablement le temps qu’elles consacrent à la cuisine chaque jour, en leur proposant des paniers recettes prêts pour la cuisson. À travers une application mobile, un site web, des comptes sur différents réseaux sociaux et un compte WhatsApp Business, Marie Ange et son équipe offrent aux femmes de Yaoundé, la possibilité de passer des commandes et de recevoir chez elles des ingrédients frais et apprêtés, leur permettant ainsi de cuisiner même les plats les plus compliqués en très peu de temps.


C’est en fin 2019 que Marie Ange décide de tester l’idée d’Efoodsmarket. Après avoir obtenu une licence en traduction et interprétation dans un institut supérieur privé de Yaoundé, la jeune dame se voit forcée de passer une année sabbatique à cause de certaines contraintes financières auxquelles sa famille est confrontée. Elle décide donc de se former en élevage et en agriculture maraîchère, plutôt que de perdre du temps à attendre à la maison que la situation s’améliore pour continuer ses études.


Cet intérêt pour l’agriculture, souligne-t-elle, remonte à son enfance. « L’agriculture c’est une passion que j’ai eue de ma grand-mère parce que quand je passais les vacances avec elle, elle nous obligeait souvent à aller l’accompagner au champ. Au début ça m’énervait. Elle nous donnait souvent de petites portions pour cultiver. Quand j’ai vu le résultat de ce que j’avais semé, le goût est venu et j’étais la première à lui dire : ‘je veux ma part de champ !’ » se souvient-elle.


En plus de l’agriculture, Marie Ange porte également à la technologie, un grand intérêt qui lui est venu de son père. Après sa formation en agriculture, elle commence donc à réfléchir à comment allier ses deux passions.


Crédit photo: Page Facebook Efoodsmarket

L’idée d’Efoodsmarket lui vient d'une expérience personnelle. « Il faut savoir que je suis très paresseuse de nature. Donc un jour, je suis à la maison, je veux cuisiner, mais ça me fatigue d’aller faire les courses. J’ai quand même pris sur moi ; je suis allée au marché. Quand j’arrive au marché, je cherche les découpes de poulets, mais je n’en trouve pas. On me dit que l’État a demandé qu’on n’importe plus ces produits-là. Moi je me demande pourquoi est-ce que nous qui produisons du poulet, on se retrouve obligé d’importer ce genre de trucs. » s’indigne-t-elle.


Marie Ange voit donc là une opportunité et décide de la saisir le même jour. C’est ainsi qu’elle crée une page Facebook et commence à proposer comme produit, les découpes de poulet. « Je n’avais même pas le poulet en question. » précise-t-elle.

Cela ne l’a pourtant pas empêché de recevoir sa première commande d’environ 7 poulets et 4 kg de cuisses de poulets ; une commande qui a contribué à booster son engouement pour le projet.


Une Croissance rapide accompagnée de plusieurs défis


Marie Ange commence donc à collaborer avec ses petits frères afin de satisfaire une demande grandissante pour ses services. « On a commencé comme un jeu et puis on a vu que ça donnait ; ça pouvait nous rapporter quelque chose. » affirme-t-elle.


Sa première grosse commande s’élève à un montant de 180 000 FCFA, ce qui permet à plus de personnes de se rendre compte du potentiel d’Efoodsmarket. Son partenaire, qui au départ était pessimiste quant à la manière dont un tel service serait reçu au Cameroun, décide à ce moment de rejoindre l’aventure. Après seulement cinq mois, la jeune entreprise commence à recruter du personnel pour mieux servir les plus de 300 clients confirmés et réguliers, enregistrés pendant sa première année d’opération.


Cependant, cette croissance rapide a été accompagnée de plusieurs défis importants. « Le problème avec ce genre de croissance c’est qu’on n’est pas préparé à la gérer, » souligne Marie Ange. La jeune dame avait déjà une petite expérience entrepreneuriale positive grâce à la vente de lyrics de chansons et de posters de stars au lycée, et à la participation dans l’expansion au Cameroun, d’une affaire lancée en France par son Oncle. Dans le cas d’Efoodsmarket, en revanche, les défis étaient plus énormes. Elle se retrouve ainsi face aux problèmes liés majoritairement à la gestion de la clientèle, mais aussi aux performances des fournisseurs et du personnel.


Submergée par ces défis qui commençaient déjà à affecter négativement son mental et son entreprise, elle décide donc d’arrêter temporairement les opérations et de prendre une pause. Pendant ces six mois de pause, elle va travailler avec son équipe, sur des stratégies plus efficaces pour leur permettre de servir plus de clients tout en continuant de fournir des services professionnels et de qualité. Aujourd’hui, les activités de l’entreprise ont repris de manière un peu plus lente et professionnelle, malgré les difficultés liées au packaging.


Vers un avenir prometteur


Selon Marie Ange, les coachings reçus dans le cadre du concours national du POESAM et d’autres formations ont grandement contribué à redéfinir la manière dont elle gère son entreprise aujourd’hui. Par ailleurs, à travers son expérience personnelle à la tête d'Efoodsmarket, la jeune entrepreneure a appris à être plus stricte en ce qui concerne ses choix et ses collaborations avec les fournisseurs et le personnel, et à être plus patiente en ce qui concerne la communication avec ses clients.


Crédit photo: Compte Twitter Orange Cameroun

Aujourd’hui, Efoodsmarket compte deux prix à son actif, notamment le Startups Innovation Challenge de l’Ocean Innovation Center (OIC) en 2020, et le prix spécial féminin POESAM en 2021. Il est important de préciser, par ailleurs, que Marie Ange a participé aux dernières étapes du POESAM bien qu’étant au terme de la grossesse de son deuxième enfant, qui aujourd’hui a deux mois. « Je ne m’attendais pas vraiment à être finaliste du POESAM. Je ne m’attendais même pas à gagner le prix féminin. Mais je me suis dit que je n’allais pas laisser une opportunité passer parce que j’étais enceinte, » souligne-t-elle.


Au vu du potentiel de ce projet et de la détermination de sa fondatrice, Efoodsmarket semble avoir un futur plein de promesses. Dans ce sens, Marie Ange envisage déjà l’avenir d’Efoodsmarket avec une présence dans les pays d’Afrique que le Cameroun ravitaille déjà en terme de nourriture, et également un service qui permettra d’exporter des paniers recettes du Cameroun vers l’Occident.